Joseph Beti Assomo reconnait qu’« il y a des cas qui laissent à désirer. Mais lorsque cela est avéré, le contrevenant sait à quoi s’attendre », dit-t-il.

Par Florentin Ndatewouo

 Nous observons une négligence notoire des victimes de combats, des blessés de guerre, qui doivent très souvent se faire soigner à leurs propres frais. Comment éviter ces fâcheux désagréments à la longue, monsieur le ministre ? » Le député François Biba Prostin interroge le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense. Nombre de problématiques sont adressées hier 01er avril de l’année en cours, dans le cadre des questions orales. Dans le prolongement de ses questions, l’honorable Biba François est soucieux de savoir comment Joseph Beti Assomo entend remédier définitivement à l’épineux problème du « détournement des primes des soldats  par leurs supérieurs hiérarchiques ». De plus, l’élu de la nation propose l’augmentation des primes des soldats en mission. Il prend pour  prétexte le coût élevé de la vie. Par ailleurs, il suggère la relance de la formation militaire supérieure, surtout, « en cette période de menaces récurrente à l’intégrité nationale ». Le procédé consistera en l‘élargissement de l’éventail des bénéficiaires  à un plus grand nombre de « nos concitoyens qui sont prêts à épauler nos forces actives de défense en cas de conflit armée. »

Joseph Beti Assomo, ministre délégué à la présidence chargé de la défense, répondant aux questions des députés, dans le cadre des questions orales à l’hémicycle du Palais des Congrès de Yaoundé/01/04/2021.

Outre le député François Biba Prostin, l’honorable Hélène Marguerite Dissake exprime ses attentes. Elle  sollicite l’assurance de Joseph Beti Assomo, sur la capacité de l’armée camerounaise à juguler le phénomène de prise d’otages, du vol de bétail. L’honorable se réfère au cas survenu dans dans la localité de Bélel dans la région de l’Adamoua il y a deux ans.  

Par ailleurs, l’honorable Prudencia Injo Foo Ngang questionne le Mindef sur les suites réservées aux plaintes des médias et de la famille du journaliste Samuel Wazizi. Joseph Beti Assomo indique que les enquêtes se poursuivent.

Joseph Beti Assomo réagit suite à la question relative au niveau de l’enquête prescrite par le chef de l’Etat sur la situation de Ngarbuh, à l’hémicycle du Palais des Congrès de Yaoundé/01/04/2021.