Me Simh, l’un des avocats de l’inculpé entend formuler une nouvelle demande de mise en liberté provisoire au bénéfice de cet enseignant de maçonnerie dans la localité de Melong.

Par Florentin Ndatewouo

La rentrée scolaire a débuté il y a deux semaines. Pourtant, Romaric Nouthe n’a toujours pas eu l’occasion de revoir ses élèves. Rencontré ce 20 octobre, Me Emmanuel Simh, membres du collectif d’avocats constitués pour assurer la défense de Romaric Nouthe et compagnie indique que son client est toujours en détention à la prison centrale de Kondengui :” nous nous battons pour obtenir sa mise en liberté provisoire”, a-t-il souligné.

Romaric Nouthe a été placé en détention provisoire depuis le 2 septembre dernier, en compagnie de Kévin Ngassam et 3 autres personnes inculpées. Ils ont été arrêtés à la suite d’une plainte déposée par le ministre des Enseignements secondaires, Pauline Nalova Lyonga, à la Direction régionale de police judiciaire du Centre. Cette plainte intervient après la fraude aux examens du baccalauréat de la session 2020. Il a été reproché aux 4 personnes détenues le  « partage et la diffusion des épreuves sur les réseaux sociaux.» 

Après avoir été gardées à vue illégalement, puis passées des semaines de détention, 4 des cinq détenues recouvrent la liberté. Ceci, à la suite des demandes de mise en liberté introduites par les avocats de la défense.

“J’aimerais être à mon lieu de service cette rentrée du 5 octobre svp (s’il vous plaît Ndlr), j’implore la clémence de madame le ministre de l’enseignement secondaire, des procureurs, juges et syndicats des enseignants.”

Dans une publication sur les réseaux sociaux, attribuée à Romaric Nouthe, on peut y lire: “J’ai reçu à la veille des examens du baccalauréat le recto de l’épreuve de physique par le biais d’une élève que j’ai transféré à mon tour dans un groupe d’étude donc je suis administrateur. Je n’enseigne pas dans l’enseignement général ni au second cycle et je ne pouvais pas imaginer que cette épreuve était l’épreuve qui avait fuité surtout qu’à cette période, plusieurs épreuves défilaient sur les réseaux sociaux.” Ainsi, relate le professeur de gestion Immobilière, au CETIC de Mankwa dans l’arrondissement de melong, département du Moungo, région du Littoral. Poursuivi pour les faits de fraude et complicité de fraude aux examens du baccalauréat, Romaric Nouthe reste le seule personne encore en détention parmi les 5 inculpées. “J’aimerais être à mon lieu de service cette rentrée du 5 octobre svp (s’il vous plaît Ndlr), j’implore la clémence de madame le ministre de l’enseignement secondaire, des procureurs, juges et syndicats des enseignants”, a-t-il formulé quelques semaines avant la rentrée scolaire. La demande de Romaric Nouthe n’a pas connu dans l’immédiat, une suite favorable. Son mea culpa semble avoir eu l’effet de l’eau sur le dos d’un canard. Romaric Nouthe reste captif en milieu carcéral.

professeur des collèges de l’Enseignement technique (PCET) promotion Enset Kumba novembre 2018, Romaric Nouthe dispense les cours de marçonnerie. Son maintien en détention à la prison centrale de Kondengui à Yaoundé constitue à n’en point douter un handicap pour les élèves dont l’avenir est en pleine construction.