Après les travaux devant la Commission des Finances et du Budget de l’Assemblée nationale hier 2 décembre, ses homologues des Affaires sociales et de la Promotion de la Femme et de la Famille ont énuméré des chantiers de leur département ministériel, à l’instar de : la lutte contre l’exclusion sociale consécutive à la crise anglophone, la poursuite du chantier de la représentativité de la femme à tous les niveaux sociaux.

Par Florentin Ndatewouo

La politique sanitaire du gouvernement pour l’exercice 2021 sera axée sur la poursuite des actions en cours d’implémentation. Ces actions portent sur la lutte contre de nombreuses pathologies. Au terme de son passage hier 2 décembre devant la Commission des Finances et du Budget de l’Assemblée nationale, le ministre de la Santé publique a exprimé la volonté de son département ministériel de poursuivre la lutte contre la pandémie du Corona virus, la tuberculose, la mise en place de la Couverture Santé universelle (Csu).

Manaouda Malachie, ministre de la Santé publique, au terme des travaux tenus devant la Commission des Finances et du Budget de l’Assemblée nationale au Palais des Congrès de Yaoundé/02/12/2020.
Pauline Irène Nguene, ministre des Affaires sociales, au terme des travaux devant la Commission des Finances et du Budget de l’Assemblée nationale au Palais des Congrès de Yaoundé/02/12/2020.

A la suite du ministre de la Santé publique, ses homologues des Affaires sociales et de la Promotion de la Famille vont sacrifier au même rituel. Pour l’exercice 2021, Pauline Irène Nguene décline les priorités de son département ministériel ainsi :

-La réalisation du projet de carte nationale d’invalidité ;

-La lutte contre l’exclusion sociale consécutive par exemple à la crise anglophone, aux exactions de Boko Haram dans le septentrion ;

-L’accompagnement des enfants et des personnes âgées ;

La réhabilitation des structures relevant du ministère des affaires sociales ;

-Réhabilitation du centre national de réhabilitation des handicapées d’Etoug Ebé et celui de Maroua.

Le ministère des Affaires sociales (Minas) bénéficie d’une enveloppe budgétaire de 10,549 milliards Fcfa.

Marie Thérèse Abena Ondoua, ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille au terme des travaux devant la Commission des Finances et du Budget de l’Assemblée nationale au Palais des Congrès de Yaoundé/02/12/2020.

Le Budget alloué au Ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille (Minproff) pour l’exercice 2021 s’élève à 7,852 milliards de Fcfa. Selon Mairie Thérèse Abena Ondoua, cette enveloppe budgétaire sera consacrée au financement des activités ci-après:

  • Le développement de la famille et la protection des droits de l’enfant;
  • L’appui institutionnel et gouvernance ;
  • La Promotion de la femme et du genre.

Au cours de son exposé devant la Commission des Finances et du Budget de l’Assemblée nationale, le Minproff a présenté de nombreux autres défis à relever. Il s’agit, entre autres de:

  • La poursuite de la lutte contre les violences dans les familles;
  • Le soutien accordé aux activités génératrices de revenus ;
  • La poursuite des formations de masse ;
  • La poursuite du chantier de la représentativité de la femme à tous les niveaux sociaux.

La série de passage des membres du gouvernement devant la Commission des Finances et du Budget de l’Assemblée nationale s’est achevée hier après la rencontre avec le ministre des Finances, Louis Paul Motaze. Après l’adoption du rapport des travaux en commission ce 3 décembre, suivront les discussions générales en vue de l’examen et l’adoption du projet portant loi de Finances pour l’exercice 2021.