Ce montant sera destiné, entre autres, au financement de la poursuite de la veille sécuritaire ; la mise en œuvre du Plan de riposte contre la Covid-19 ; l’accélération de la Décentralisation.

Par Florentin Ndatewouo

pour l’exercice 2021, l’orientation de l’action publique s’articule autour de nombre de problématiques :

-L’achèvement de la mise en œuvre des projets d’infrastructures nécessaires à l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations ( Can) 2022 et du Championnat d’Afrique des nations ( Chan);

-La poursuite de la veille sécuritaire ;

-La mise en œuvre du Plan de riposte contre la Covid-19 ;

-La poursuite de la mise en œuvre de la Couverture santé universelle (CSU);

-L’accélération de la Décentralisation.

il ressort de l’exposé des motifs du projet portant loi de Finances pour l’exercice 2021que, ” le budget de l’Etat s’équilibre en ressources et en emplois à 4 865,2 milliards de Fcfa, soit 4670 milliards de Fcfa au titre du budget général contre 4 409 milliards de Fcfa en 2020, et 195, 2 milliards de Fcfa pour les comptes d’affection spéciale, contre 4632,7 milliards de Fcfa en 2020, soit une augmentation de 232,5 milliards de Fcfa en valeur absolue et 5% en valeur relative.”

L’évaluation des recettes et dépenses permet établir un déficit budgétaire estimé à 661,7 milliards Fcfa. Ce montant correspond à un niveau d’ajustement du Produit intérieur brut (PIB) de ce déficit par rapport à 2020.

Le projet de loi portant loi de Finances pour l’exercice 2021 comporte des innovations. Outre le renforcement de la discipline budgétaire, ce texte de loi entend relever de 40 à 200 milliards de Fcfa, le plafond des avales et garantis accordées par l’État aux établissements et entreprises publics, ainsi qu’aux entreprises privées.

L’atteinte des mesures gouvernementales visées par ce projet est soumise à l’implémentation des mesures telles que:

La relance de l’activité économique à travers notamment l’allègement de la charge;

-La promotion de la politique d’import-substitution;

-La mobilisation optimale des recettes de l’État à travers l’élargissement de assiette fiscale et la sécurisation des recettes ;

-L’amélioration du climat social et de l’environnement des affaires à travers la consolidation de la démarche partenariale et le renforcement de la protection des droits du contribuable ;

Le renforcement de la fiscalité locale ;

La lutte contre les fraudes douanières.

Le projet portant loi de finances pour l’exercice 2021 a été communiqué cette matinée du 25 novembre au cours de la séance plénière tenue à cet effet. Selon des indiscrétions, l’éventualité de l’examen et l’adoption dudit projet avant la tenue des élections régionales prévues le 6 décembre prochain n’est pas exclue. Ce qui portera préjudice à la qualité des délibérations, au cas où cela viendrait à se produire. Ceci, eu égard au temps imparti à l’étude de ce projet.