Entendu ce 23 février au Tcs, Isaac Bela évoque la question du risque de non détection. Lequel est lié aux compétences de l’auditeur.

Par Florentin Ndatewouo

Les comptes audités de la CAMEROON RADIO TELEVISION laissent transparaître un défaut de sincérité, de régularité… Tel est l’avis de Issac Bela. Le témoin du ministère public est auditionné ce 23 février devant le Tribunal criminel spécial à Yaoundé. Le contre-interrogatoire porte sur le rapport d’audit produit par le cabinet Wansi et Associé.  Le conseil de l’accusé Jean Pierre Mbiaga sollicite l’opinion du témoin, relative à l’avis du responsable de la commission financière du Conseil d’administration de la CRTV. Lequel se serait prononcé en faveur de la régularité des comptes examinés.  Isaac Bela note que la question du conseil de sieur Mbiaga Jean Pierre  est liée au risque d’audit et à la responsabilité de l’auditeur : « Dans le risque d’audit, il y a le risque de non détection qui est lié aux compétences de l’auditeur. Cela implique que sur l’examen d’une activité donnée, les auditeurs ne peuvent pas voir les mêmes anomalies. La capacité à détecter les anomalies est liée aux compétences et backgroung de l’auditeur. Je réaffirme que les comptes pendant la période d’audit n’étaient pas sincères, pas régulières et ne reflétaient pas la situation financière. » L’auteur du rapport d’audit réalisé du 1er septembre 2016 à décembre de la même année s’oppose à la dénomination de la mission réalisée par le cabinet Wansi. « C’était une mission d’examen sur la base des procédures convenues. Je rappelle que sur ce type de mission, l’auditeur n’émet pas d’opinion, elle conclut sur la base des constats. »

« J’affirme et je confirme qu’aucune annulation d’écriture n’a été faite par mes soins. J’ai juste procédé à un reclassement comptable...

En outre, le conseil de sieur Mbiaga note que l’apurement effectué en 2015 par le service comptable de la CRTV sur recommandation du cabinet Wansi et associé  a été annulé par les soins de  Isaac Bela. « Pouvez-vous dire au tribunal pourquoi vous n’avez pas informé le juge d’instruction du tribunal de céans qui a rendu son ordonnance de règlement de ce que vous avez réinscrit de nouveau ces créances de la CRTV depuis 2016 ? »  

Isaac Bela rejette en bloc la thèse de l’annulation : « J’affirme et je confirme qu’aucune annulation d’écriture n’a été faite par mes soins. J’ai juste procédé à un reclassement comptable. J’ai corrigé les capitaux propres. J’ai passé en produit ce qui avait été passé en charge par la CRTV et j’ai débité le compte de monsieur Amadou Vamoulke et j’ai crédité les produits. » A la suite de cet échange, l’audience est suspendue. A la demande du  ministère public, la cause est renvoyée au 13 avril prochain pour les réquisitions intermédiaires du parquet général et la suite de la procédure.

Dans le cadre de cette affaire,  Amadou Vamoulke, Jean Pierre Mbiaga, Belinga Gabriel, Ngamva Lucie, Abel Gara, Zufambom Vishiti Christianna épouse Vega, sont poursuivis par la CRTV, le ministère des Finances  et le ministère public. Ils sont accusés d’infractions de détournement de biens publics et coaction.