Par Florentin Ndatewouo

Le ministère public n’est pas à même de procéder à l’interrogatoire de ses témoins. Ce 22 janvier, à l’occasion de la poursuite du procès qui oppose la CAMEROON UTILITIES CORPORATION (CAMWATER), à Basile Atangana Kouna et compagnie, le représentant du parquet général est embarrassé:“Nous avons fait citer Me Koa Meté qui n’est pas là. Nous l’avons joint au téléphone et il ne décrochait pas. Nous ne savons pas ce qui explique ce silence.” L’avocat général n’est pas au bout de ses peines:”Nous avons également un autre témoin que nous avons joint ce matin . Elle a répondu à travers son époux. Il nous a informé qu’elle est sur un lit d’hôpital et qu’elle souhaite un renvoi pour la semaine prochaine”, va-t-il partager. Dès lors, le tribunal se trouve contraint de suspendre et renvoyer l’audience à une date ultérieure. Seulement, trouver la date de la prochaine audience n’est pas chose aisée:”madame la Présidente, la semaine prochaine, ça ne sera pas possible”, observe l’avocat de l’un des accusés, Thomas Nama Aloa. Et la présidente de la collégialité d’indiquer: “Il n’y a même pas de place dans mon calendrier. Tous les jours sont déjà occupés.” A cet effet, la présidente de la collégialité est appelée à jouer la carte du compromis.
Ainsi, après une brève concertation avec ses collègues, elle arrête une date. La prochaine audience est fixée aux 3 et 4 mars de l’année en cours. Cette rencontre prévoit une nouvelle citation des témoins, et la poursuite de la procédure.
Dans le cadre de cette affaire, le ministere public, la CAMWATER portent plainte contre Basile Atangana Kouna, Massart jean jacques Michel Viviane Jean, Nama Thomas Aloa, Bello Oussoumana, Yondo Kolko Vanessa. Les accusés répondent des faits de violations code des marchés publics, Détournement de Biens publics (Dbp), complicité et prise d’ intérêt dans un acte. Seuls Basile Atangana Kouna et Thomas Nama Aloa se sont présentés à l’audience ce jour.