Par Florentin Ndatewouo

La réponse du Barreau était attendue. Vendredi 13 novembre, des résolutions ont été adoptées au terme d’une session extraordinaire du Conseil de l’Ordre. Ainsi, “le conseil de l’Ordre condamne fermement l’intrusion inadmissible et intolérable des forces de police en tenue de combat dans le sanctuaire que représente une salle d’audience dans un palais de justice ainsi que les violences inhumaines et traitement dégradants perpétrés sur des avocats se trouvant dans cette salle au moyen d’armes de toutes sortes.”

La sortie du Conseil de l’Ordre semble ne pas satisfaire nombre d’Avocats. C’est le cas de Me Hyppolite Meli. Ce dernier exprime son courroux en évoquant la situation de son confrère, Me Djoko Mathieu, dont le visage exposé aux jets du gaz lacrymogène par les forces du maintien de l’ordre est désormais méconnaissable.

l’Union panafricaine des avocats (Palu) a brisé la glasse du silence depuis le mercredi 11 novembre. Dans son communiqué, le Palu dénonce les violences dont les avocats ont été l’objet, ainsi que la profanation des locaux du tribunal. Pour Chief Emeka Jude P. Obegolu, président de l’Union panafricaine des Avocats, ” il s’agit d’une attaque contre l’indépendance de la profession juridique et du pouvoir judiciaire, qui viole les Principes fondamentaux des Nations Unies relatifs à l’indépendance de la profession juridique ainsi que les Principes et directives sur le droit à un procès équitable et à l’assistance judiciaire en Afrique, adoptés par la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples.”

La prochaine session du Conseil de l’Ordre est fixée au 1er décembre prochain.