Par Florentin Ndatewouo
La violation du droit au libre exercice de la profession d’avocat met le Bâtonnat sur ses grands chevaux : « Madame le bâtonnier de l’Ordre des Avocats au Barreau du Cameroun est profondément outrée par cette énième violation qui tend à se banaliser au sein du corps de la Gendarmerie nationale.» A travers une correspondance adressée au colonel Minabou Aboubakar Justin, le 15 octobre de l’année en cours, l’Ordre national des Avocats au Barreau du Cameroun saisi le Secrétariat d’Etat à la Défense (Sed). Dans ladite correspondance, l’Ordre demande au point focal central Barreau-Gendarmerie, « (…) de porter à l’attention de monsieur le secrétaire d’Etat à la Défense (Sed), en charge de la Gendarmerie nationale, (Galax Yves Landry Etoga, Ndlr) qu’aucun contexte spécial ne peut justifier le refus d’accès de l’Avocat à son client. »

Dès lors, l’Ordre appelle à la sanction par la hiérarchie des brebis galeuses et au respect et à la protection des Avocats dans l’exercice de leur fonction. La sortie de madame le bâtonnier, de part la correspondance cosignée de Me Médard Nkolo, point focal régional, et Me Francis Djonko, point focal central, est consécutive à la lettre de « dénonciation de la violation du droit à l’exercice de ma profession d‘Avocat », écrite le 12 octobre dernier par Me Sother Menkem. Ceci, à la suite de sa mésaventure au service central des recherches judiciaires au Sed.