Bonjour à tous les compatriotes et autres défenseurs des libertés. Pour ceux qui ne le savent pas, je suis avocat de métier et je suis associé aux côtés de mes confrères volontaires pour la défense des personnes interpellées et écrouées depuis 2018 lors des différentes manifestations politiques sommes toutes légitimes du Mrc.

Cela dit, je constate avec tritesse qu’en dépit de tous les efforts accomplis par mes confrères et moi même, nous n’avons jamais réussi une seule fois à obtenir ne serait-ce qu’un Add (avant dire droit ndlr) en faveur de nos clients, et ce malgré la pertinence de nos arguments.

NB : Un Add est une décision accessoire rendue par la juridiction saisie pour régler un certain aspect de l’affaire avant le jugement définitif.

Le référé d’heure à heure dont la seule saisine du juge vient de nous être refusé pour contester la séquestration arbitraire du président kamto le confirme davantage.

pourtant, la loi camerounaise prévoit que les voies de fait administratives (atteintes aux libertés publiques etc..) sont de la compétence du juge judiciaire dont le juge des référés est l’un des maillons.

Pour mémoire, depuis 2019, le collectif d’avocats a introduit un nombre incalculable de requêtes d’Habeas corpus, de liberté provisoire et autres, etc….sans résultat malgré le bien-fondé et la pertinence de nos arguments.Toutes nos demandes sont systématiquement rejetées.

L’affaire Mamadou Mota et autres fait l’objet de multiples renvois injustifiés, ce qui s’apparente à un déni de justice. Dans certains cas, la peine prononcée a même été supérieure au maximum légal. Que dire encore des témoignages qui pilulent sur les réseaux sociaux sur l’orientation tribale des arrestations.

En conclusion, ces procès et arrestations sont politiques et compte tenu de ce que les procès politiques ne se gagnent pas aux prétoires, il me semble que nous avocats impliqués dans ces affaires devons envisager de nous retirer collectivement de tous ces simulacres de procès afin de dénoncer cette parodie de justice. Pour ce faire, nous devons expliquer le bien-fondé à chacun de nos clients.

Un avocat qui participe à un procès bien que conscient que la décision même en cas de voies de recours est connue d’avance ou sera rendue aux dépends de son client quelles que soient les circonstances est complice d’une parodie de justice.

Les cas dans le monde où des avocats se sont retirés des prétoires pour protester contre les violations des principes élémentaires du droit sont légions.

Pour un avocat, se retirer d’un procès politisé, arrangé ou grotesquement inéquitable c’est aussi plaidé pour l’indépendance de la justice.

Les gens de justice qui font honnêtement leur travail ne me dementiront pas.