Les militants du Mouvement pour la renaissance du Cameroun ( Mrc) ont battu le pavé ce 6 octobre dans les villes de Bafang, chef-lieu du département du haut-nkam et de Mbouda, chef-lieu du département des Bamboutos. Des images en circulation sur les plateformes virtuelles montrent les marcheurs sur les motocycles arborant des drapeaux tricolores Vert-rouge-jaune. Ils demandent le départ du président de la République Paul Biya:” au-revoir Paul Biya Kamto arrive, au-revoir Paul Biya Kamto arrive…” Ces marches ont eu lieu en dépit de l’interdiction du gouverneur de la région de l’ouest, Awa Fonka Agostine, relative à l’organisation des manifestations publiques dans son territoire de commandement.

Ces manifestations s’inscrivent dans la suite des marches organisées le 22 septembre de l’année en cours, suite à l’appel lancé par Maurice Kamto, président de cette formation politique. Au cours d’un point de presse tenue le 24 août le “tireur de pénalty” a subordonné l’organisation d’éventuelles élections à trois préalables : la résolution de la crise sociopolitique dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, la réforme consensuelle du système électoral, le débat sur la forme de l’Etat. Maurice Kamto a souligné que la convocation du corps électoral par le président de la République en vue de l’organisation des élections “…emportera automatiquement lancement d’une gigantesque campagne nationale d’appel du départ pur et simple de M. Paul Biya  du pourvoir, sans qu’il y ait besoin d’attendre une nouvelle communication à cet égard “. Nombre de militants du Mrc, et adhérents des organisations alliés à l’instar du mouvement Stand-up For Cameroon sont en détention dans divers milieux carcéraux. Les interpellations ont eu lieu aussi bien avant qu’après la marche du 22 septembre. Depuis lors, le domicile de Maurice Kamto est encerclé par les éléments de la police et de la gendarmerie.