Celui-ci intervient à la suite d’une nouvelle plainte introduite par devant le Tribunal militaire d’Ebolowa par le collectif d’avocats constitués par la famille de la défunte. Me Albert Oyié, membre dudit collectif, déplore des lenteurs observées au niveau de la légion.

Par Florentin Ndatewouo

Chose promise, chose due. La famille de Lydienne Solange Taba n’entend pas se laisser faire. Par le biais de son conseil, elle a de nouveau porté plainte près le commissaire du gouvernement du Tribunal militaire d’Ebolowa dans la région du Sud. Rencontré ce 17 septembre, Me Albert Oyié, membre du collectif d’avocats constitués pour représenter la famille de la défunte présente la situation actuelle de la procédure.

Me Albert Oyié, membre du collectif d’avocats constitués par la famille de la défunte Lydienne Solange Taba/ Yaoundé 17/09/2020.

 

Lydienne Solange Taba est passée de vie à trépas dans la nuit du vendredi 24 au samedi 25 juillet 2020. Selon les sources officielles, elle a succombé aux balles en provenance d’une arme à feu appartenant à son compagnon, Franck Derlin Ebanga, sous-préfet de la Lokoundjé, à l’époque des faits. La famille de la victime décide après son inhumation en date du 29 août dernier de poursuivre l’affaire en justice. Ce, afin que des clarifications puissent être apportées sur les circonstances réelles du décès de leur fille.