Le journaliste correspondant du quotidien La nouvelle expression dans la région du Sud est également accusé par le maire de la ville de Kribi des faits d'”outrage à une autorité publique”

Par Florentin Ndatewouo

Joseph Abena Abena est attendu ce 14 juillet au tribunal de première instance (Tpi) de Kribi. Le correspondant du journal La nouvelle expression dans la région du Sud Cameroun est accusé des faits de “diffamation, déclaration mensongère, injure, fausses nouvelles, outrage à une autorité publique.” Ceci, à la suite d’une plainte déposée contre lui par le maire de la ville de Kribi. Guy Emmanuel Sabinkada remet en cause l’article intitulé : ” Le maire de la ville humilie le préfet”. Dans le cadre de cette affaire, le Syndicat national des journalistes du Cameroun (Snjc) fait valoir l’argument selon lequel :” (…) Joseph Abena Abena n’a fait que relater les faits qui se sont déroulés en publique en présence de nombreux témoins.” A écrit ce 14 juillet, le président du bureau exécutif national (Ben) du Snjc. A cet effet, Denis Nkwebo “invite le préfet du département de l’océan qui est au centre des faits à l’origine de l’article à problème à témoigner à ce procès. Ses principaux collaborateurs ainsi que les forces vives qui avaient vécu les faits sont également invités à contribuer à la manifestation de la vérité.”

De plus, cette “tentative d’intimidation” appelle à une prise de mesures urgentes par les autorités administratives. Ceci, à l’effet d‘”assurer la sécurité des journalistes exerçant dans leurs différentes unités de commandement où bon nombre de professionnels de média subissent de multiples menaces, des intimidations et des agressions dans le cadre de leur travail.” Par ailleurs, le syndicat national des journalistes du Cameroun “invite ses membres à rester mobilisés et à participer à tous les étapes du procès qui s’annonce jusqu’à la manifestation de la vérité”.

publié le 15 juin de l’année